Vous êtes ici

Réaction suite à l’émission VOLT: discrimination sur le marché du logement

04/01/2010 - 00:00

Le Centre invite les organisations representatives a une concertation
9 agences immobilières sur 10 n’ont pas hésité, dans la recherche de candidats locataires, à donner suite à une demande de ne pas louer à des personnes d’origine étrangère. Ces résultats ont été révélés dans le reportage réalisé par la VRT et diffusé dans l’émission VOLT. Le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme (ci-après : le Centre) condamne ces pratiques et invite l’IPI et la CIB à intensifier leurs efforts communs dans la lutte contre les discriminations.

Le reportage réalisé pour l’émission VOLT (VRT) montre, en caméra cachée, comment 9 agences immobilières sur les 10 testées ont accepté, sans difficultés, de ne pas sélectionner des candidats d’origine étrangère. Le client qui demande à l’agence de discriminer fait entorse à la législation antidiscrimination tout comme l’agence qui répercute cette demande.

Le Centre n’est cependant pas étonné par les résultats de ce reportage: “L’année dernière, nous avons reçu environ 180 nouveaux signalements de discrimination présumée dans le secteur du logement dont plus de 40% concernaient un critère racial”, confirme Edouard Delruelle, directeur adjoint du Centre. « Malgré les différentes initiatives de sensibilisation et d’information, nous constatons que la discrimination sur le marché du logement se manifeste toujours de manière aussi tenace. En outre, deux récentes études qui sondaient les perceptions mutuelles et les attitudes des Belges envers les minorités ethniques (et inversement) ont montré que les minorités ethniques avaient de plus grandes difficultés d’accès au logement, problème reconnu par la majorité des Belges interrogés. Bien que nous ne puissions pas généraliser ces pratiques à l’ensemble de la profession, elles ne sont pas exceptionnelles comme le montre ce reportage ».

Cependant, le fait qu’il s’agisse d’un phénomène connu ne permet en aucune manière d’excuser ce type de pratique. « Etant donné que dans ce reportage les agences immobilières sont présentées de manière anonyme, notre première action sera de prendre contact avec l’Institut Professionnel des agents Immobiliers (IPI) et la Confédération des Immobiliers de Belgique », précise Edouard Delruelle. A côté de ces cas flagrants de discrimination, nous verrons ensemble comment les agences immobilières peuvent répondre aux demandes des propriétaires sans aller à l’encontre de la législation antidiscrimination. Un propriétaire peut en effet déterminer lui-même des critères de sélections, mais ils doivent se baser sur des facteurs objectifs et légitimes comme la capacité d’accueil du bien par rapport à la taille de la famille (par exemple, le refus de location d’un bien avec deux chambres à une famille avec six enfants).

En outre, le code déontologique des agents immobiliers peut jouer un rôle important dans la prévention de la concurrence déloyale entre les agences immobilières qui accepteraient ce type de demande et les autres qui respecteraient le principe de non discrimination. Nous plaidons donc aussi pour qu’une clause explicite de non discrimination soit introduite dans tous les contrats types des agences immobilières », souligne Edouard Delruelle.

Plus d’informations :

 

Downloads