Vous êtes ici

Gens du voyage: le Centre rappelle ses recommandations

07/28/2010 - 00:00

Chaque année, la migration estivale des gens du voyage refait parler d'elle. 2010 ne fait pas exception à la règle, avec le rassemblement de "Vie et Lumière" récemment délogé de Wingene et installé depuis à Dour.

Le problème, souvent présenté comme complexe, se résume pourtant à un simple constat: si le mode de vie itinérant ou semi-itinérant des gens du voyage n'est pas interdit, il est mal ou insuffisamment encadré.

Or l'absence d'une approche structurelle globale de cette question, au niveau régional essentiellement, suscite ou amplifie les stéréotypes les plus communs à l'égard de ces populations. Elle contribue aux sentiments de rejet et de xénophobie et peut engendrer des situations de discrimination (sur base des critères d'ascendance, d'ethnicité ou de ressources repris dans la législation antidiscrimination).

D'autre part, l'absence de "contrat" clair entre communes accueillantes et gens du voyage ne crée pas de cadre adéquat pour lutter contre certaines pratiques condamnables, telles que vols et déprédations, observées lors de rassemblements plus importants. Si ces actes ne peuvent être généralisés, ils renforcent les frictions avec les populations sédentaires riveraines des aires de stationnement.

Dès lors, le Centre rappelle qu'il est nécessaire d'élaborer un plan régional global d’aménagement du stationnement. Il avait déjà formulé plusieurs recommandations en ce sens à l'approche des dernières élections communales de 2006 et régionales de 2009 (voir le "Mémorandum Elections Régionales", fiche 15)

Ces recommandations visent autant la question des terrains résidentiels (tout au long de l'année) que celle des terrains de passage (lors des migrations estivales). Précisons que pour les Gens du voyage, le problème du stationnement se pose autant en termes de droit que d'accueil. Il est en effet lié à la reconnaissance de leur citoyenneté à part entière.