Vous êtes ici

[BREF] Concerts homophobes: Le Centre plaide pour une clause de non-discrimination dans les contrats

10/04/2010 - 00:00

Le groupe de rap Parisien Sexion d’Assaut, connu pour ses paroles homophobes, se produira le 2 novembre prochain à l’Ancienne Belgique. Le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme (le Centre) plaide pour l’introduction d’une clause de non-discrimination dans les contrats avec les artistes afin de préciser que les organisateurs ne tolèrent aucun comportement discriminatoire.

L’homophobie est pénalement punissable par la loi antidiscrimination du 10 mai 2010 lorsqu’elle constitue une incitation à la discrimination, à la haine ou à la violence en raison de l’orientation sexuelle. La semaine passée, le Centre a reçu une demande d’avis de l’Ancienne Belgique à propos du concert de Sexion d’Assaut. S’il s’avère que ce groupe tient lors d’un concert en Belgique le discours homophobe pour lequel il est tristement célèbre, ses membres pourraient être poursuivis sur base de la loi Anti-discrimination.

Le Centre n’est pas partisan d’une censure préalable de ce type d’événement. Une telle mesure de censure serait en effet contraire à la liberté d’expression. Mais si une violation de la loi Anti-discrimination devait être constatée, le Centre veillera naturellement à ce que les instances judiciaires en soient informées.

Le Centre plaide pour l’introduction d’une clause de non-discrimination dans les contrats entre  organisateurs de concert et artistes. De cette manière, chaque partie sera contrainte de prendre ses responsabilités et devra pour cela veiller à ce que le concert ne mène pas à une discrimination ou à une incitation à la discrimination, à la haine ou à la violence.