Vous êtes ici

Blood and Honour Wallonie : un rassemblement punissable

09/30/2011 - 00:00

Ce samedi 1 octobre est annoncé le lancement officiel de la "section wallonne" du groupe néonazi Blood and Honour, récemment constitué à Charleroi.

Pour rappel, l’organisation néonazie Blood and Honour a été créée en 1987 par Ian Stuart Donaldson en Angleterre. Sa division (traditionnelle) flamande Blood and Honour Vlaanderen a été reconnue au milieu des années 1990 par l’organisation-mère comme étant une section de Blood and Honour. Cette nouvelle antenne wallonne devrait également être reconnue par la division centrale de Londres. Son logo reprend l'emblème de la division SS Wallonie qui, emmenée par Léon Degrelle, participa à la croisade anti-bolchévique sur le front de l'est.

Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme suit, depuis des années, les dossiers concernant toute une série de groupes de racisme organisé comme Blood and Honour.

Pour rappel, le 9 mars dernier, le tribunal correctionnel de Furnes avait condamné trois personnes ayant participé à l'organisation de concerts de Blood and Honour Vlaanderen à trois mois d'emprisonnement (avec sursis pour deux d'entre eux). Ce jugement était important dans la mesure où le tribunal avait estimé à juste titre que la loi antiracisme interdisait l'organisation de tels rassemblements. Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme s’était constitué partie civile sur base de l’article 22 de la loi antiracisme qui condamne l'appartenance à « un groupement ou une association qui, de manière manifeste et répétée, prône la discrimination ou la ségrégation, ou lui prête son concours ».

Dès lors, le Centre plaidera une nouvelle fois pour que la police et la justice effectuent les constats nécessaires lors du lancement de Blood and Honour Wallonie, annoncé ce 1er octobre, dans un lieu tenu jusqu'à présent secret. "Ces constats peuvent aboutir à des condamnations effectives. L’expérience montre aussi que la mobilisation des autorités policières, judiciaires et locales est efficace, une fois connu le lieu de rassemblement. », a rappelé Edouard Delruelle, directeur adjoint du Centre. « En outre, poursuit-il, le jugement de Furnes a montré que la loi antiracisme était un instrument efficace pour poursuivre les individus. »