Vous êtes ici

« FITNA » sur le Net. Le Centre pour l’égalité des chances appelle à la vigilance

04/01/2008 - 00:00

Le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme (Centre) condamne fermement la mise en ligne du film « Fitna » de Geert Wilders. L’objectif de ce court métrage est clair : attiser la peur et la méfiance vis-à-vis des personnes de confession musulmane en appelant à se battre contre leur présence aux Pays-Bas et en Europe. Par l’abreuvement d’images violentes, il réduit toute une population à des faits violents d’extrémisme.

Les réactions condamnant ce film ont été nombreuses partout en Europe et  plusieurs plaintes ont été déposées contre Geert Wilders aux Pays-Bas.  Il reviendra à la justice néerlandaise de déterminer si la législation anti-racisme trouve à s’appliquer dans le cas présent.

Il faut rappeler que la justice belge pourrait également être saisie s’il apparaissait qu’une personne résidant en Belgique devait faire un usage préjudiciable de ce film, en l’occurrence : inciter à la haine ou à la discrimination. Le Centre sera évidemment vigilant à cet égard.

Ce film n’apporte strictement rien de nouveau par rapport aux nombreux courriels qui prolifèrent depuis plusieurs mois.  Le Centre s’inquiète de l’augmentation significative  du nombre de mails, films et autres messages diffusés sur internet appelant à la peur, la méfiance et la haine des personnes de conviction musulmane.

La liberté d’expression est une des valeurs les plus précieuses de la démocratie. L’une des conditions pour la préserver, c’est de porter un regard critique sur ce qui nous est proposé de voir ou de lire.  Les messages simplistes comme ceux qui sont divulgués par le film de Wilders peuvent créer des sentiments de peur injustifiés, un climat d’intolérance, voire de violence.

Le Centre tient également à rappeler qu’on ne peut réduire un groupe de personne à des franges extrémistes et que la très grande majorité des musulmans respecte et promeut les valeurs démocratiques et le respect d’autrui.  A cet égard, les signes d’ouverture et de dialogue (mosquées portes ouvertes, prises de position appelant au calme, refus de répondre à la provocation…) donnés par la communauté musulmane tant aux Pays-Bas qu’en Belgique doivent être salués et encouragés, malgré la légitime indignation provoquée par le film.  Ils constituent la meilleure illustration de l’inanité et des contrevérités véhiculées dans les propos et dans le film de Geert Wilders.

Chacun d’entre nous doit rester vigilant face à ce type de messages en refusant notamment de  servir soi-même de canal de diffusion, et en avertissant le Centre dans les cas d’incitation à la haine et/ou à la discrimination.